La Saint Chronique

passer de la peur à la lumière

 

c’est mon engagement
qu’il me plaît aujourd’hui
de voir verbalisé par un Homme
dont la vision me gonfle d’espérance

avec cet engagement
affronter sa peur de l’incertain
de l’insécurité
de l’abandon

et relire encore et encore le texte de
Marianne Williamson cité
par Nelson Mandela lors de son investiture
à la présidence en 1994

Notre peur la plus profonde n’est pas d’être nul et incapable. Notre peur la plus profonde, c’est d’être puissant au-delà de toute mesure. C’est notre lumière, pas notre ombre, qui nous effraie le plus. Nous nous demandons : ‘Qui suis-je pour être brillant, talentueux, génial ?’

Mais la vraie question devrait dire : ‘Qui êtes-vous pour ne pas l’être ?’

Vous êtes un enfant de la vie.

Il n’y a rien de saint ou d’illuminé à vous rétrécir et à vous cacher pour ne pas insécuriser votre entourage. Nous sommes nés pour manifester la gloire de vie qui est en nous. Ce n’est pas limité à certains, c’est en nous tous. Quand nous laissons briller notre lumière, les autres ressentent inconsciemment la permission de faire de même. Quand nous nous libérons de notre peur, notre présence libère automatiquement les autres.

enfants mur bulles coeur

ce matin (20 mars 2014 sur FB), il me tient à cœur (et plus encore…) d’offrir ce texte et cette illustration à mes z’Âmes AmiEs … combien de fois ai-je lu des textes qui me parlaient et dont seuls ma tête et mon esprit comprenaient le sens sans que cela n’entre véritablement dans mon Être et mes tripes ? … je souhaite à Chacune et Chacun du fond du cœur – si ce n’est déjà fait – de passer la barrière, passer le mur et trouver cette paix en Soi …. Je me souhaite aujourd’hui de réussir – même maladroitement – de vous offrir la mienne, si et seulement si cela peut vous aider … Je Vous Aime, les KlOuKs d’Amour et de Partage.

(27 mars 2014)
le passage de la peur à la lumière est très très étroit, il nous défie, nous nargue et il nous arrive souvent de tourner en rond juste devant, pendant des plombes, des lustres… avec à l’esprit, à l’âme et au cœur la (presque) certitude que c’est demander l’impossible, que nous n’y arriverons jamais, que c’est un passage vers l’inconnu qui demande un telle mise à nu de soi à soi qu’il vaut encore mieux accepter (et tenter d’approuver) les choses ‘telles qu’elles sont’ tout en continuant d’être convaincu qu’un autre chemin devrait s’ouvrir devant nous …

quelle est cette force qui nous retient d’oser ?

aujourd’hui je ressens qu’elle est force du connu et mémoire des échecs, non-conscience des choix immédiats et omniprésents qui s’offrent à nous, refus de la douleur et incapacité à assumer … c’est là que l’ego au sens ‘désagréable’ du terme est tout-puissant … une liberté totale nous habite dans l’instant présent, mais cet égo-là tend à la masquer systématiquement par ses outils bien rôdés que sont la peur de l’inconnu, le besoin de sécurité et le manque de confiance …

un besoin est impalpable et non discutable, il est … mais il n’est pas lié à une situation ou une personne en particulier, il siège tout au fond de nous, tapi derrière les justifications de nos sentiments, de nos angoisses et de nos sensations altérées par nos jugements … que le loup sorte du bois !! et regardons-le dans les yeux, voyons d’où il vient et ce qu’il veut, ce qu’il demande …

c’est à moi qu’il s’adresse et moi seulement peux répondre à ce qu’il demande … rien ne sert d’attendre sur une supposée aide de l’extérieur basée sur mon passé affectif ou ma soumission administrative … ( ! ) moi seul(e) suis habilité à entrer dans la démarche de nourrir ce besoin, de nourrir ce loup pour qu’il me laisse enfin tranquille et qu’il vive une vie paisible, et j’aurai beau aller chercher derrière moi, dans mes années, ce que °°je°° ou ce que °°ils°° auraient bien pu faire pour m’éviter la survenue de ce loup à la lisière de mon couvert, le passé n’existe pas, il est révolu !

là, mains tenant, quelle stratégie sous forme d’actes simples et généreux envers moi suis-je capable de mettre en œuvre, avec bienveillance et indulgence ? là, aujourd’hui, je peux agir différemment, ‘contrairement à mes habitudes’, ouvrir la perspective, enclencher un processus inédit … et de ce point de vue, je n’ai pas à me justifier de mes pas, de mes choix, de mes décisions … ils sont miens car ma Vie Est.

110931 fb couple danseurs stephane chartier

24 mars – La peur

Aujourd’hui mon Enfant intérieur n’a plus peur

°°Je suis simplement sur cette terre. Dois-je avoir peur ?°°
[Mandan]

J’observe le petit enfant qu’on lance dans les airs et qui, tout souriant, retombe dans les bras tendus d’un parent aimant. Cet enfant est à la fois en sécurité et aventurier.

Aujourd’hui je confierai mes peurs et mes inquiétudes à ma puissance suprême. Cette libération me permettra d’explorer le monde qui m’entoure et la vie qui m’anime.

Je peux me pencher sur mes sentiments en toute sûreté. Je peux étirer les bras et toucher une fleur délicate, tracer un chemin de fer, traverser une mare en sautant d’une pierre à l’autre. Je peux me pencher sur ma spiritualité et imaginer une puissance suprême qui souhaite mon épanouissement.

Aujourd’hui je serai libre de toute peur et libre d’explorer.

[tiré de : Rokelle Lerner, L’Enfant Intérieur – Un jour à la fois, Ed. Modus Vivendi, 1994]

Et pour terminer sur notre lancée, voici des affirmations qu’il convient d’avoir TOUJOURS à portée de main et d’esprit, à cœur et au pied ;-)
°°voici les 14 choses que vous devez vous dire sans modération°°

Next Post

Previous Post

Postez votre réflexion, on échangera !

© 2017 La Saint Chronique - Un site de La Voie du Présent
Rejoignez-moi sur ma Page Facebook

Free theme by Anders Norén

Revisited by Tita Créations

%d blogueurs aiment cette page :