La Saint Chronique

l’encre noire

 

il va falloir rebondir
après avoir épuisé la tristesse
retrouvé le goût
laissé couler l’encre noire…


qui sort par geyser
de mon plexus à vif.
animal blessé
tapi dans un coin
apeuré et angoissé
parce que ça fait mal.

lécher ses plaies
et regarder le temps passer
s’affoler d’un bruit incongru
pour se rendormir
dès la moindre émotion passée
épuisante.

le silence total permet le repos
le contact avec l’infini
de l’espace et du temps
l’immensité de la goutte
intérieure.

refuser l’abattement
s’accrocher aux infractuosités
s’alimenter à la source solaire
des Amis de ma forteresse.

l’encre noire continue de couler
sa couleur s’éclaircit à peine.

Mains Tenant, 17 avril 2011

Next Post

Previous Post

1 Comment

  1. Corinne 27 mars 2014

    merci immensément pour ce magnifique texte

Postez votre réflexion, on échangera !

© 2017 La Saint Chronique - Un site de La Voie du Présent
Rejoignez-moi sur ma Page Facebook

Free theme by Anders Norén

Revisited by Tita Créations

%d blogueurs aiment cette page :